Socialisation genrée et hétérosexualité normative

Bien jouer son rôle de genre, c’est notamment bien jouer son hétérosexualité, ce qui s’apprend distinctement selon que l’on soit une jeune fille ou un jeune garçon. Dès la pré-adolescence, les filles doivent performer l’hété- rosexualité, c’est-à-dire avoir un corps attirant, être jugée désirable par les garçons, faire l’objet de rumeurs hétérosexuelles, voire être dans une relation amoureuse hétérosexuelle. Il s’agit dès lors de produire le corps fé- minin en tant qu’objet hétérosexuel désirable (Renold, 2000). L’un des principaux facteurs de légitimation de la féminité et de l’hétérosexualité serait la position de « petite amie » (Renold, 2000), qui se présente comme l’un des seuls contextes lors desquels il est considéré acceptable que les filles fassent montre d’un certain intérêt pour la sexualité. Il faut préciser que la première cause d’exclusion pour les filles est sexuelle : celle qui témoigne d’un désir ou d’une autonomie sexuelle ou d’une quête du plaisir sexuel est rapidement remise à sa place, tant par les autres filles que les garçons, qui peuvent la traiter de « pute » ou lui imputer une (mauvaise) réputation (Clair, 2005, 2012). Les stéréotypes pèsent ainsi sur les deux sexes : les filles doivent se montrer désirables mais respectables (ne pas « coucher » si l’on n’est pas « amoureuse »), les gar- çons doivent se montrer virils, c’est à dire se montrer intéressés par le sexe et avoir un appétit sexuel hypertrophié, des besoins sexuels irrépressibles6. Les garçons qui ne montrent pas une volonté d’exercer une activité sexuelle (hétérosexuelle) sont suspects aux yeux de leurs pairs (Ayral, 2011). « Au cœur de la représentation du masculin, la sexualité apparaît prégnante : les hommes sont le sexe », rappellent à ce sujet Cromer et Lemaire (2007 : 67). Dans un tel contexte, la sexualité entre filles/ femmes n’est acceptable que si elle peut être appropriée par l’homme (Lebreton, 2014). Des filles peuvent donc se permettre des incartades dans la sexualité ou le plaisir sexuel, à la condition de respecter certaines contraintes. L’exercice d’une sexualité « libre » ne peut paradoxalement se faire que dans le cadre d’une relation amoureuse hétérosexuelle qui bénéficiera à l’homme.