Les islamistes ciblent le tourisme

La police égyptienne a déjoué, mercredi, un attentat-suicide près du célèbre temple de Karnak, à Louxor. Une attaque qui inquiète les autorités ; les attentats jihadistes visaient, jusqu’ici, quasi-exclusivement les forces de sécurité. L’attentat-suicide, déjoué mercredi 10 juin par la police à Louxor, dans le sud de l’Égypte, et qui a fait quatre blessés légers, a de quoi de donner des sueurs froides au pouvoir égyptien. En effet, l’attaque qui visait vraisemblablement le temple de Karnak, l’un des sites de l’Égypte pharaonique les plus célèbres, aurait pu provoquer un bain de sang pami les centaines de touristes étrangers présents sur place. En réaction, le président Abdel Fattah al-Sissi a réclamé « un renforcement du dispositif de sécurité pour les installations vitales, notamment les sites archéologiques », selon un communiqué. Dans la matinée, trois hommes se sont présentés en voiture au poste de contrôle barrant l’accès au parking du temple de Karnak. « Un policier en civil, suspicieux, les a forcés à s’arrêter, l’un des assaillants s’est échappé du véhicule et a fait exploser la bombe qu’il portait sur lui », explique le ministère du Tourisme dans un communiqué. Les policiers ont immédiatement ouvert le feu sur les deux autres hommes, tuant l’un et blessant grièvement l’autre à la tête, ont précisé des officiers contactés sur place par l’AFP. « S’ils avaient réussi à entrer dans le temple, cela aurait été un véritable massacre », a commenté un général de la police de Louxor, interrogé par l’AFP.