Espionnage sur Air France

Connecte-toi, le ciel t’aidera. Comme le révèle Le Monde, les services de sécurité américains et britanniques auraient capté des milliers de conversations pendant les vols de dizaines de compagnies aériennes : Air France ne serait pas épargnée. Volez, vous êtes écoutés. Le Monde révèle que la NSA américaine et son homologue britannique écoutent massivement les conversations téléphoniques passées à bord des avions de ligne. Pour les Américains, « il est moins question d’éthique que de protection du territoire », estime l’expert en cyberstratégie Yannick Harrel. Mais ils seraient plusieurs centaines de milliers de passagers à intéresser la NSA, selon le quotidien. Le spectre des cibles terroristes est alors largement dépassé. « C’est vrai qu’autrefois il y avait des brouilleurs, donc quand les communications ont été autorisées [en vol, ndlr], pourquoi la NSA se serait-elle privée de ce qu’elle faisait déjà, lors que les personnes étaient au sol? » Une aubaine pour les services de sécurité: de plus en plus de compagnies permettent aux passagers de téléphoner en plein vol. Les Britanniques ont mis en place un système qui permet de collecter « tout le trafic, voix et data, métadonnées et contenu des connexions à bord des avions », sur certaines zones. Et même sans téléphoner, les données fuitent: simplement allumé, le téléphone est localisé, l’interception est croisée avec le registre des listes de passagers: « En termes d’éthique, c’est toute la question des données personnelles. Du consentement préalable des personnes qui prennent des vols et la création d’un fichier des passagers, réclamé depuis très longtemps » poursuit l’expert. Le fameux PNR (« passenger name record », fichier des passagers aériens) actuellement à l’étude ne va-t-il pas alimenter la curiosité vorace de services indiscrets?: « Oui, c’est pour cela que les américains demandent à y avoir accès, mais ça pose problème au niveau européen » explique Antoine Lefebure, spécialiste des technologies de la communication. Attention si vous entrez dans l’espace aérien américain. Les États-Unis appliquent un « principe d’extraterritorialité, depuis le Patriot Act notamment, qui entend protéger la vie des citoyens américains, en prévoyant l’arrivée ou le transit de dangers potentiels ». Les vols Air France et Air Mexico sont considérées comme des cibles potentielles de terroristes depuis la fin 2003 par la CIA. D’après le service juridique de la NSA, « il n’y a aucun problème légal pour cibler les avions de ces deux compagnies à l’étranger » et « ils devraient être sous la plus haute surveillance dès qu’ils entrent dans l’espace aérien américain ». Air France brandit son retard technologique pour démentir les accusations: les vols au sein de sa compagnie ne permettent pas les communications vocales. Mais pas besoin d’être en ligne pour être repéré.