Des décalcos pour la voiture

Les propriétaires de véhicules recherchent depuis longtemps d’excellentes solutions qui peuvent les aider à personnaliser leurs voitures. Ils ont envisagé le remplacement des pièces de voiture, la peinture, le polissage et d’autres méthodes jusqu’à ce qu’ils découvrent une chose qui peut créer un impact énorme à leur image désirée – les décalques de voiture. Les autocollants de voiture ont été autour depuis un certain temps maintenant. Il est connu par les experts comme une forme d’adhésif qui travaille à améliorer la sensation et l’apparence d’un véhicule. Il comporte principalement des graphiques et des textes qui sont pleins de conceptions et de couleurs. Il est en train de devenir une pièce importante de la culture pop, avec de plus en plus de gens de cette époque moderne qui obtiennent leurs propres décalcomanies pour les applications automobiles. Il est heureux pour eux que ces matériaux sont maintenant offerts partout aux États-Unis et dans le monde dans presque tous les magasins de véhicules et les points de vente. Maintenant, si vous êtes l’un des milliers de personnes qui trouvent que le déplacement d’une vignette de véhicule est un mouvement considérable, il serait logique que vous sachiez d’abord comment elles sont fabriquées. Connaissant cette base vous aidera à déterminer exactement qui des options étendues est parfait. Donc, fondamentalement, les autocollants de voiture sont conçus et fabriqués à partir d’une variété de matériaux. La plupart des fabricants utilisent le stock litho, le latex, le vinyle et d’autres plastiques. De ces matériaux disponibles, le latex est ce que la plupart des fabricants emploient pour créer une ligne de décalques flexibles. L’option vinyle, cependant, est considérée comme la plus durable des choix donnés principalement en raison de sa résistance aux intempéries. Le clinquant est souvent utilisé pour créer un effet métallique. Mis à part ces matériaux mentionnés ci-dessus, les décalques sont également conçus pour contenir certaines formes d’adhésif, y compris l’option repositionnable, permanente ou amovible. L’option permanente n’est pas courante pour le grand public parce qu’elle n’est généralement pas utilisée par les fabricants de décalcomanies. Les deux autres options sont plus populaires, mais elles sont utilisées non seulement pour les applications automobiles, mais aussi pour les arts et l’artisanat. Source : stage de pilotage.

Liberté de réunion et d’association en Guinée équatoriale

L’année dernière en Guinée Equatoriale, le 8 mars, la police a arrêté 47 femmes, quatre enfants et au moins 12 hommes qui participaient à une formation organisée pour la Journée internationale des droits des femmes dans le bureau du parti d’opposition Convergence pour la démocratie sociale (CPDS), dans la ville de Mbini, au sud-ouest de Bata. La police a menacé d’arrêter Epifania Avomo, chargée de la promotion des femmes au sein du CPDS, et lorsque d’autres femmes ont protesté, elles ont toutes été arrêtées et conduites au poste de police de Mbini. Certaines y ont été battues, puis toutes ont finalement été libérées le jour même. En mai, des organisations de chauffeurs de taxi ont appelé à une grève de trois jours à Malabo pour protester contre le prix élevé des documents administratifs qui leur sont demandés. Les forces de sécurité ont arrêté arbitrairement au moins 17 personnes et frappé certains grévistes présumés, laissant plusieurs d’entre eux dans un état nécessitant des soins médicaux. Les personnes arrêtées ont été remises en liberté sans inculpation au bout d’une semaine environ. Le 27 mai, les forces de sécurité ont arrêté arbitrairement le rappeur Benjamín Ndong, également connu sous le nom de « Jamin Dogg », à Malabo, pour avoir sorti deux semaines auparavant une chanson soutenant les chauffeurs de taxi en grève et dénonçant les manoeuvres d’intimidation du gouvernement. Il a été remis en liberté le jour même sans avoir été inculpé.

La marmite parlementaire

En étant sali par plusieurs affaires, François Fillon nous a peut-être fait beaucoup de bien : il nous a en effet permis de voir les défauts du système actuel. La semaine dernière, j’ai en effet participé à un incentive à New York où j’en ai parlé avec quelques participants. Et j’ai découvert combien cette histoire a révolté une large partie de la population. Quel que soit l’horizon politique, tout le monde était d’accord pour reconnaître qu’il y avait un problème. Même les soutiens de Fillon le faisaient par manque d’alternative, alors qu’ils étaient clairement désabusés par les magouilles de leur prétendant. Cette affaire a vraiment mis en lumière les problèmes de notre démocratie. Mais le pire, à mon sens, reste le lynchage des médias auquel s’est essayé Fillon. On peut dire qu’il a abandonné tout sens de la mesure, avec cette affaire : il s’est mis à crier au complot, à accuser les journalistes… Incriminer les médias est à l’évidence devenu un fondamental dans ce genre d’histoires : c’est malhonnête mais cela fonctionne toujours auprès d’un certain public. Il y a un vrai problème dans notre démocratie, en fait : les énarques la prennent pour une mine d’or. Pire, même : pour une mine d’or qui leur appartient en propre. Les manigances de Fillon trahissent le fait qu’aucune juridiction d’aucune sorte ne contrôlait les caisses des élus jusqu’à présent : ils peuvent littéralement faire ce qu’ils veulent. Il serait vraiment temps de remettre en ordre tout ça ; notre démocratie en ressortirait grandie. Avant 2009, l’Elysée n’était obligé à aucun devoir de transparence. Je n’idolâtre pas particulièrement Sarkozy mais il faut lui reconnaître ce mérite, il a permis à la cour des Comptes de mettre son nez dans la comptabilité de l’Elysée. Ce qui fait qu’aujourd’hui encore, chaque centime dépensé est rendu public ! C’est de cette manière dont fonctionne une vraie démocratie, et il est indispensable que la cour des Comptes puisse examiner à son tour le fonctionnement du parlement. Sinon, j’ai beaucoup apprécié cet incentive aux USA. Je vous mets en lien l’agence qui l’a planifié, si vous voulez vous faire une idée du programme.

A Kuala Lumpur

Moralité épicurienne

Du point de vue éthique, Epicure s’attache certainement à Aristippe; mais avec la différence qui se trouve entre le plaisir et le bonheur. Aristippe a enseigné que le but de la vie était le plaisir intelligent, Epicure a déclaré que le but de la vie était le bonheur. Maintenant, le bonheur consiste-t-il en plaisirs, ou les exclut-ils? Epicure était tout à fait convaincu qu’il les excluait. Comme Lord Beaconsfield, il disait: «La vie serait presque supportable, si ce n’était de ses plaisirs. Le bonheur pour Epicure réside dans le «flegme», comme le dirait Philinte; c’était dans le calme de l’esprit qui s’est rendu inaccessible à toute émotion de passion, qui n’est jamais irrité, jamais ému, jamais agacé, jamais désiré, jamais craint. Pourquoi, par exemple, devrions-nous craindre la mort? Tant que nous le craignons, ce n’est pas ici; quand il arrivera, nous ne le craindrons plus; alors, pourquoi est-ce un mal? Mais, pendant la vie elle-même, qu’en est-il des souffrances? -Nous augmentons considérablement nos souffrances par les plaintes et par l’auto-commisération. Si nous agissions de la manière inverse, si, quand nous étions torturés par eux, nous nous rappelions les plaisirs du passé et la pensée des plaisirs à venir, ils seraient infiniment mitigés. Mais de quels plaisirs un homme peut-il parler qui fait du bonheur les plaisirs? Les plaisirs du sage sont la satisfaction qu’il éprouve à s’assurer de son propre bonheur. Il trouve du plaisir quand il contrôle une passion pour revenir au calme; il éprouve du plaisir quand il s’entretient avec ses amis de la nature du vrai bonheur; il éprouve du plaisir quand il a détourné une jeunesse de folies passionnées ou de désespoir, et l’a ramené à la tranquillité d’esprit, etc. – Mais qu’en est-il des souffrances après la mort? Ils n’existent pas. Il n’y a pas d’enfer parce qu’il n’y a pas d’immortalité de l’âme. L’âme est aussi matérielle que le corps et meurt avec elle.  Vous direz peut-être que cette morale très sévère et austère s’approche plus du stoïcisme que de l’enseignement d’Aristippe. Cela est si vrai que lorsque Horace confessa avec un sourire qu’il retourna à la moralité du plaisir, il ne dit pas, comme nous devrions le faire, « je sens que je deviens un épicurien », dit-il, « je me replie sur les préceptes d’Aristippus;  » et Seneca, un stoïcien déclaré, cite Epicure presque aussi souvent que Zeno dans ses leçons. Il n’est peut-être pas tout à fait exact de le dire, mais il n’y aurait pas beaucoup d’exagération à affirmer que l’épicurisme est un stoïcisme souriant et le stoïcisme un épicurisme sombre. Dans l’utilisation actuelle du mot, nous avons changé le sens de l’épicurien pour le rendre signifiant « accro au plaisir ». L’avertissement doit être donné qu’il n’y a pas d’erreur plus grave.

Faire de l’avion à réaction

Lors d’un voyage à Alberta (Canada), j’ai découvert dans un journal local qu’une société essayait de mettre en place des vols en avion de chasse dans la région, avec passages au-dessus du lac Moraine. Cet effort choquait les habitants, tout comme il m’a choqué. Pour ceux qui ne connaissent pas cet endroit, ce lac cristallin est une merveile à contempler. Il est surplombé par les sommets coiffés de neige du mont Wenkchemna, dont 914 mètres de parois verticales ferment son rivage oriental. A une époque, ce paysage spectaculaire figurait même au dos du billet canadien de 20 dollars ! Ce lac n’a pas été créé par la moraine ou les débris d’un glacier comme son nom pourrait le laisser supposer, mais par un vaste glissement de rochers du mont Babel. Son étonnante couleur bleu irridescent est due aux fines particules du till glaciaire, qui s’écoulent dans le lac en été lors de la fonte des glaciers en altitude. Ces particules absorbent les couleurs du spectre visible à l’exception du bleu qui, lui, est réfléchi. Ce magnifique lac aux eaux turquoise miroitantes est appelé le « joyau des Rocheuses ». Toute la zone du lac fait partie du Banff National Park, le premier des parcs nationaux canadiens, créé en 1885. Cet endroit est idéal pour observer une grande variété d’espèces sauvages, dont l’ours noir et le grizzly, le mouflon d’Amérique, la chèvre de montagne, le wapiti et l’orignal. De nombreuses pistes de randonnée partent du lac Moraine pour quadriller les montagnes environnantes. L’une d’elles s’élève à plus de 700 mètres au-dessus du lac – une des plus hautes altitudes pour un sentier de randonnée dans les Rocheuses canadiennes. Le lac Moiraine ne se trouve qu’à 15 kilomètres de son voisin plus connu, le lac Louise, mais il est beaucoup moins fréquenté. Un pavillon réputé pour son architecture se trouve sur ses rivages, cette construction à colombages est dotée de vastes baies qui permettent d’admirer le lac et les montagnes environnantes. Il est impossible de ne pas être séduit par cet espace naturel, qui offre en outre la possibilité de faire du canoë, des excursions, d’observer la nature et de pratiquer l’escalade. Il me semble qu’un avion de chasse n’a absolument rien à faire en un tel endroit, et gâcherait grandement sa beauté naturelle ! Même si le projet n’en est qu’aux rumeurs, je pense qu’une telle absurdité n’aurait même pas été envisageable en France. Et je suis heureux de constater que notre pays prenne un plus soin de son patrimoine environnemental. Si je suis loin d’apprécier toutes les restrictions qu’on trouve en France (notamment, en matière de création d’entreprise), j’apprécie tout de même que ces vols soient davantage réglementés et cadrés. A retrouver dans le détail sur le site du baptême en avion de chasse.

Ruffin en maillot de foot

Lors de sa niche annuelle, le groupe UDI, Agir et Indépendants avait mis à l’ordre du jour une proposition de loi visant à instaurer une taxe sur les transferts de sportifs professionnels, au bénéfice des clubs amateurs. A la tribune, en soutien à ce texte, le député François Ruffin (FI) a retiré son pull pour arborer le maillot du club de l’Olympique Eaucourt (Somme). Plusieurs députés se sont indignés de cette tenue, et le président de séance Hugues Renson lui a fermement reproché à la fin de la séance. Si au Parlement européen il n’est pas rare de voir des députés porter des tee-shirts avec des messages politiques, ce n’est pas le cas du Parlement français. A la reprise, François Ruffin arborait toujours son maillot. Le président de l’Assemblée François de Rugy a donc dû venir au perchoir pour lui infliger un rappel à l’ordre avec inscription au procès-verbal, estimant visiblement qu’il s’agissait d’une provocation, au sens du Règlement. Le rappel à l’ordre avec inscription au procès-verbal est le deuxième niveau de sanction (qui emporte la suspension pour un mois d’un quart de l’indemnité, soit 1 300 euros). Le premier niveau est un rappel à l’ordre simple ; les plus sévères sont la censure et la censure avec exclusion temporaire. Suite à ce rappel à l’ordre, François Ruffin sera entendu par le Bureau lors de sa prochaine réunion le 20 décembre. Le dernier rappel à l’ordre avec inscription au procès-verbal avait été infligé en 2014 à Julien Aubert, également pour une provocation : le député LR se refusait à féminiser le titre de « Monsieur le Président » pour la présidente de séance. Le rappel à l’ordre de ce jeudi est le premier de la législature sur le plan disciplinaire. Sur le plan déontologique, 3 rappels à l’ordre ont déjà été prononcés : un à la députée Fontenel-Personne, un autre à Thierry Robert et… à François Ruffin, pour « des publications qui créaient une confusion entre l’exercice de leur mandat politique et des intérêts privés« . Justement, mardi dernier, François de Rugy avait tenu à rappeler en séance qu’il n’était pas question de remettre en cause l’usage qui prévaut depuis 1998 et qui consiste à « recourir à la forme féminine pour nommer les titres et les fonctions des femmes députées ou ministres« . Pour en revenir à la tenue vestimentaire des députés : le port du maillot par F. Ruffin est en fait une nouvelle tentative de buzz vestimentaire suite à celle du refus de porter la cravate par les députés du groupe de Jean-Luc Mélenchon, au début de la législature (juin). La souplesse alors retenue par le Bureau a sans doute ouvert la boite de Pandore et Jean-Christophe Lagarde a même demandé à ce que l’on revienne aux règles précédentes.

Un vol en ballon

Il y a peu, j’ai expérimenté avec ma femme un vol en montgolfière. Ce dernier s’est déroulé à Manosque, et contre toute, ça m’a énormément plu. Parce que cette expérience ne me faisait pas plus rêver que ça à la base (c’est ma douce qui a fait du forcing pour qu’on se lance), mais j’admets que finalement, j’ai été carrément happé par l’expérience. Parce que les sensations en vol sont carrément fantastiques ! Bien sûr, ce ne sont pas des sensations fortes comme celles qu’on peut sentir dans d’autres expériences aériennes. Mais ce sont des sensations rares, et surtout mémorables. Parce qu’on survole le monde, mais ce n’est pas tout. Ca, c’est seulement la partie émergée de l’iceberg. Quand on s’élève dans les airs à bord de ce balcon de rotin, l’esprit aussi prend de l’altitude. Et ça, c’est presque mystique. C’est assez difficile à raconter, d’ailleurs. C’est une chose qu’on ne ressent jamais dans un avion, par exemple. Peut-être est-ce dû au fait qu’il n’y a pas de verrière entre soi et le paysage. Je ne sais pas, mais c’est en tout cas très singulier. Les vols se déroulent aux premiers rayons du soleil, parce que pendant la journée, le soleil provoque des courants d’air chaud (trop délicats pour un engin plus léger que l’air). On survole donc un monde qui se réveille tout doucement. D’une certaine manière, c’est comme assister à la naissance du monde. Qui plus est, avec l’altitude, tous les éléments du paysage sont minuscules : on a donc un peu le sentiment d’être Dieu profitant du réveil de l’univers. Je suis incapable de vous détailler le sentiment de sérénité qu’on ressent depuis les cieux, mais c’est absolument féerique. Pour autant, je ne crois pas que tout le monde à bord ait ressenti ça. Nous étions 5 à bord (plus l’aérostier), et certains désiraient seulement scruter leur maison sous un autre angle. Mais somme toute, c’est la même chose qu’au cinéma : un même film peut être ressenti de 1001 manières selon les personnes ! Vous l’aurez compris, si vous en avez un jour la possibilité, lancez-vous sans hésiter. Voici d’ailleurs site par lequel je suis passé pour ce vol en montgolfière. Si vous habitez près de Manosque, lancez-vous ! Le panorama est juste magnifique. Et regarder la Terre par les yeux de Dieu, c’est tout de même peu commun. Retrouvez toutes les infos sur cette expérience de baptême de l’air en montgolfière à Manosque en suivant le lien.

Liban : stratégie nationale pour le secteur des eaux usées

En 2012, la population du Liban était estimée à 4,3 millions de personnes. Sur les quelques 310 millions de m3 d’eaux usées générées sur l’année, environ 250 millions de m3 étaient d’origine domestique, contre 60 millions d’origine industrielle. On estime que seulement 8 % des eaux usées générées au Liban sont traitées. Environ 11 % de la population bénéficie de systèmes d’eaux usées gérés de manière sûre dans les gouvernorats du Nord et du Sud, contre seulement 7 % et 3 % dans le grand Beyrouth et la Bekaa, respectivement. L’essentiel des eaux usées collectées est déversé dans les eaux de surface et la mer Méditerranée. Les fosses septiques autonomes ont contaminé les ressources en eaux souterraines, telles que les sources de Jeita qui assurent l’approvisionnement du grand Beyrouth. Les effets néfastes liés à une collecte, un transfert et un traitement inappropriés des eaux usées accentuent les risques pour la santé et l’environnement. La stratégie nationale pour le secteur de l’assainissement de 2012 comportait cinq grands axes stratégiques : i) un programme d’investissement intégré prioritaire en faveur de la collecte, du traitement et de l’utilisation des eaux usées ; ii) des mesures légales, réglementaires et politiques permettant d’établir des normes et de les règlementer ; iii) des dispositions institutionnelles visant à établir les responsabilités et à créer les capacités nécessaires à la prestation des services ; iv) des mesures financières en faveur de services fiables et peu coûteux ; et v) des initiatives visant à encourager la participation du secteur privé dans le domaine des eaux usées. Le coût de mise en œuvre a été estimé à 3,1 milliards de dollars américains pour des travaux prévus entre 2012 et 2020. Malheureusement, la mise en œuvre de cette stratégie a été interrompue en raison d’un manque de financement et de l’instabilité résultant des incertitudes politiques et des conflits en cours dans la région.

La crise Catalane

Le président catalan a symboliquement déclaré l’indépendance de la région mardi soir tout en suspendant sa mise en oeuvre dans l’espoir de rétablir le dialogue avec Madrid. Ce mercredi matin à Barcelone, le souvenir de la soirée précédente semblait encore brumeux. La presse, comme de nombreux Catalans, s’interrogeaient encore sur la teneur du discours du président de la Catalogne et sur les conséquences que celui-ci pourrait avoir. Mardi soir, Carles Puigdemont, a déclaré symboliquement l’indépendance de la région,tout en suspendant sa mise en oeuvre dans l’espoir de renouer le dialogue avec Madrid. Aussi symbolique soit elle, beaucoup craignaient que le gouvernement espagnol prenne cette déclaration comme un acte de rébellion et suspende l’autonomie de la Catalogne. Mais Mariano Rajoy, le chef du gouvernement espagnol, a semble-t-il voulu se donner du temps. Ce mercredi, sur les coups de midi, ce dernier a expliqué vouloir demander une clarification à Carles Puigdemont, le président catalan. Le gouvernement central lui demande s’il a ou non proclamé l’indépendance. Le président du gouvernement espagnol Mariano Rajoy a annoncé mercredi avoir formellement demandé au président régional catalan Carles Puigdemont de confirmer s’il a déclaré l’indépendance, après une séance confuse au parlement catalan mardi. «Le Conseil des ministres est convenu ce matin d’envoyer une réquisition formelle au gouvernement de la Generalitat (exécutif catalan) afin qu’il confirme s’il a déclaré l’indépendance de la Catalogne», a déclaré Mariano Rajoy lors d’une brève allocution télévisée. Il a précisé que cette demande se faisait dans le cadre de l’article 155 de la Constitution, la procédure qui permet de suspendre l’autonomie d’une région. Les appels au dialogue, la main apparemment tendue au reste du pays et, surtout, à cette «majorité silencieuse» au sein même de la population catalane qui souhaite rester espagnole… rien de cela ne fait illusion: les indépendantistes entendent poursuivre leur stratégie de la tension. Ils sont décidés à aller jusqu’au bout, quitte à faire sortir de leurs gonds, une fois de plus, les autorités espagnoles. Les périls économiques de cette aventure, symbolisés par les sociétés catalanes qui ont d’ores et déjà décidé de fuir les incertitudes de la région? Ils ne représentent pas l’économie réelle, a balayé Puigdemont. Les divisions qui commencent à se faire jour dans les rangs de l’alliance hétéroclite qui prône l’indépendance? Passées sous silence. Le caractère illégal du référendum sur lequel s’appuie désormais le chef de la Generalitat pour aller de l’avant? Il y a une démocratie au-delà de la Constitution espagnole, martelait-il. Loin d’accepter la logique de Madrid, le président du gouvernement catalan ajoute la victimisation à la détermination têtue: la recette éprouvée de tout bon nationalisme. Source : agence séminaire Barcelone.